Qu’est ce qu’une démarche ABC ?

La démarche ABC vise à fournir des analyses de coût, et le plus souvent de rentabilité, selon des axes d’analyse divers (produit, client, fournisseur,…) reposant sur la consommation réelle de ressources de chaque activité (ou sous-processus).
Partant du principe que la conception, la production et la commercialisation d’un produit ou d’un service consomment des activités, que chacune de ces activités, prise isolément, consomme des ressources que l’on peut quantifier, il est alors possible de calculer les ressources réellement consommées par tout produit ou service vendu. L’impact le plus manifeste de la méthode ABC est de remplacer les coefficients de frais généraux, ou de coûts indirects, par des consommations aussi précises que nécessaire de ressources de services support.

Cette approche est tout à fait compatible avec une démarche processus dans la mesure où elle s’appuie sur la décomposition de processus en activités et en tâches dans l’optique de qualifier et de quantifier les ressources consommées à chaque niveau. En quelque sorte, la démarche ABC (pour Activity Based Costing) constitue la vue « mesure des coûts » d’un référentiel processus.
Les termes de base

Dans « Activity Based Costing », la notion d’activité peut être définie comme une succession de tâches exécutées de manière répétitive : préparer la commande, expédier la livraison,…

A la décomposition traditionnelle processus- activité – fonction (ou tâche), s’ajoutent les notions :
– de ressources (humaines et techniques) consommées par chaque fonction ;
– d’inducteur de ressources (indicateur mesurable permettant de quantifier la consommation de ressource par activité : effectif, m2,…) encore appelé « ressource driver » ou parfois « cost driver » suivant les méthodes ;
– d’inducteur d’activité (événement déclenchant l’activité : validation d’une commande, …) ;
– d’objet de coût (« cost object ») traduisant les éléments dont il faut déterminer les coûts (produit, client,…).

Les étapes de la démarche

La première étape d’une démarche ABC, consiste à identifier les activités, les ressources et les inducteurs (activity driver et ressource driver).
Ensuite, il s’agit de quantifier ces éléments.
L’analyse de l’organisation permettra de quantifier les ressources utilisées par chaque tâche, et par conséquence par chaque activité.
Reste à déterminer le coût de chaque ressource.

Dans la plupart des cas, la comptabilité (générale et analytique) fournira des informations globales sur les coûts des ressources. Ces coûts devront être éclatés en coûts directs (directement affectable à un produit, un canal de distribution, un service), coûts indirects affectables à une activité et coûts indirects non affectables. Les coûts de direction générale ou de publicité institutionnelle rentreront par exemple dans ce dernier groupe.

Avantages et inconvénients de la méthode ABC

Une approche classique de comptabilité analytique consistera à allouer les coûts indirects selon des clés de répartition. Cette méthode est peu précise car :
– les clés de répartition sont souvent définies de manière empirique (pourcentage) traduisant davantage la vision estimée que la consommation réelle des ressources ;
– cette répartition est souvent mono dimensionnelle : il faut privilégier un axe d’analyse (le produit par exemple), le même flux ne pouvant être réalloué suivant différents axes.

En se focalisant sur les ressources consommées à un niveau fin, l’approche ABC permet ensuite de réaliser des consolidation par produit, clients ou canal de vente et d’obtenir des analyses multidimensionnelles. Elle fournira sans conteste un coût plus proche de la réalité économique. En contrepartie, elle nécessitera un travail d’analyse préalable important afin de pouvoir alimenter le modèle en données pertinentes.

Qu’est ce qu’une démarche ABC ?