Le BPM ou « Business Process Management » pour optimiser ses activités

Les entreprises connaissent leurs produits, leur marché, leurs clients. Normal. En revanche, elles ont souvent une moins bonne vision des processus pour utiliser, maintenir et rentabiliser leur activité.

On peut appeler cela grain de sable dans l’engrenage, détail qui tue, théorie du chaos, ou simplement impondérable. Le petit hic qui grippe la machine la mieux huilée et se révèle terriblement coûteux, voire fatal. La seule solution pour minimiser l’impondérable est une connaissance approfondie, systématique, de toutes les interactions de chaque décision, action, modification, grâce à une démarche transversale. C’est ce que propose le «Business Process Management» (BPM).

Spécialisée dans ce domaine et récemment implantée en Suisse romande (2004), Logixa a organisé le mois dernier un séminaire d’initiation et d’approfondissement des connaissances du BPM et de ses diverses applications tant dans le domaine des procédures simples que plus complexes telles que le suivi de production «Manufacturing Execution System» (MES).

L’approche du bas vers le haut (bottom-up) consiste à analyser le fonctionnement réel de l’entreprise afin de la modéliser par informatique au moyen d’un progiciel dédié (Qubes). Mais l’idée neuve est de faire en sorte que le métier pilote l’informatique, et non le contraire, pour implémenter des processus en gérant les interventions humaines et les traitements automatiques dans un même ensemble. Tout cela dans le but de proposer des solutions permettant d’améliorer les performances des processus métiers et de les fiabiliser. Cette théorie était illustrée par des exemples pratiques tels que l’application du progiciel Qubes dans le domaine industriel agro-alimentaire avec le processus de réception du lait et le contrôle qualité associé dans une fromagerie industrielle, le processus de traitement des devis dans une grande entreprise commerciale ainsi que l’impact sur le volume d’affaire de l’entreprise, et le traitement des déclarations de non conformité chez Bobst (Prilly). Depuis sa mise en œuvre, le traitement des conformités a été totalement fiabilisé, les actions correctives sont contrôlées ainsi que les mesures de qualité.

Le Business Process Management en un coup d’œil
Notion introduite par la norme ISO9000-2000 avec les exigences d’identifier les processus, assurer leur fonctionnement efficace, les surveiller et les analyser comme les améliorer, le BPM est une approche consistant à modéliser informatiquement les processus métiers de l’entreprise, aussi bien dans leur aspect applicatif qu’humain. Il a été précisé par la norme FDX 50-176 en matière de typologie des processus, objectifs et indicateurs, pilotage et revue du processus. Le BPM applique le cycle dit PDCA

• plan : identifier et lister l’ensemble des processus puis modéliser chacun d’eux;
• do : faire fonctionner les processus définis en enregistrant les résultats;
• check : vérifier l’atteinte des objectifs du processus – pilotage;
• act : améliorer le processus.

Les six cycles du BPM
1. Etude de l’entreprise en analysant ses objectifs et son organisation afin d’être en mesure de décomposer l’ensemble de son activité en processus métier;
2. modélisation des processus métiers, représenter informatiquement un modèle le plus proche possible de la réalité;
3. implémentation de la solution : en liaison avec le système d’information de l’entreprise;
4. exécution : mise en œuvre;
5. pilotage : analyser l’état des processus à travers des tableaux de bords présentant les performances des processus;
6. optimisation, c’est-à-dire proposer des solutions permettant d’améliorer les performances des processus métiers.

Progiciel de pointe
Une telle approche ne pourrait être réalisée dans sa complexité sans un outil dédié pointu. Celui-ci a été développé par une jeune société lyonnaise, Creative IT, dont la vocation est l’édition de progiciels pour l’industrie et les services et qui a l’ambition d’offrir une vision innovante de la gestion de production et de la qualité.

En quelques années, Creative IT est devenue un acteur reconnu dans le domaine de la gestion industrielle grâce à son progiciel Qubes (cf. encadré). Basé sur le principe d’une description des processus de l’entreprise, il permet d’automatiser de manière simple et fidèle le fonctionnement des différents ateliers puis d’en restituer une image fiable au travers des écrans de traçabilité et des indicateurs. Ce moteur «processus» l’ouvre également à d’autres applications et notamment la gestion (Business Process Management), le suivi de production (Manufacturing Execution System) ou la gestion de la qualité.

Parmi plus de 100 références de PME/PMI et de grands comptes, on mentionnera notamment : Biomérieux (gestion des actions correctives); Bobst (gestion des non-conformités); Entremont (suivi de production et des prix de revient industriels); Philips Lighting (cycle de vie des articles); Thales Aerospace (suivi d’atelier et TRS); Visteon (gestion documentaire); Sanofi Aventis (amélioration des processus métiers). Plus près de nous, Qubes est utilisé par Bobst (Lausanne) et Jean Gallay (Genève) pour le processus gestion qualité, Compex (Ecublens), Cridec (Eclepens) et Stern (Genève) pour les processus métier et par Boucledor (Genève) pour les processus administratifs.

Logixa, un œil extérieur
Une approche transversale des processus de travail, d’approvisionnement, de la production, de gestion des stocks et des flux, de la traçabilité, du contrôle de qualité, de la gestion de flotte de véhicules et d’équipements au travers de Loginaute, telle est l’offre de Logixa, centre de compétence logistique pour PME/PMI et groupes internationaux. Implantée en Suisse romande depuis 2004, cette société, dirigée par Bertrand Lefort (30 ans d’expérience dans le transport, la logistique et le supply chain), est spécialisée dans les audits de situation pour imaginer les solutions les mieux adaptées aux entreprises et à leurs besoins changeant rapidement. L’analyse systémique permet d’identifier rapidement les lacunes ou les éléments perturbateurs pour améliorer la productivité, la fluidité des flux et par conséquent réduire les coûts. La maîtrise du Business Process Management et du suivi de production (Manufacturing Execution Process) appuyée sur l’expérience du progiciel dédié Qubes décrit plus haut permet de gagner en temps, ressources et en définitive en argent.

Logixa est également partenaire fondateur du pôle suisse de traçabilité. Aujourd’hui, avec la mise en œuvre de la réglementation européenne 178/2002, près de 750 entreprises romande du secteur alimentaire sont concernées.

Source : IBCOM

Le BPM ou « Business Process Management » pour optimiser ses activités